Présentation

, par Loeb Lionel

L’Unité Mixte de Recherche (UMR) MARBEC, MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation, a été créée le 1er janvier 2015. Ses autorités de tutelle sont l’IRD, l’Ifremer, l’Université de Montpellier et le CNRS.
MARBEC est l’un des plus importants laboratoires travaillant sur la biodiversité marine et ses usages en France avec environ 230 agents, dont 80 chercheurs et enseignants-chercheurs.
L’unité est implantée à Sète, Montpellier et Palavas-les-flots, ainsi que dans l’océan Indien, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud.
Elle étudie la biodiversité marine des écosystèmes lagunaires, côtiers et hauturiers, principalement méditerranéens et tropicaux. Ses recherches portent sur différents niveaux d’intégration, des aspects moléculaires, individuels, populationnels et communautaires, aux usages de cette biodiversité par l’Homme.

JPEG - 521.6 ko

Elle concentre ses efforts sur trois objectifs principaux :

  • décrire la biodiversité marine, comprendre sa dynamique et le fonctionnement des écosystèmes marins
  • analyser l’impact des pressions anthropiques sur ces écosystèmes et développer des scenarii de réponses au changement global
  • concilier exploitation (en particulier pêche et aquaculture) et conservation, et répondre aux attentes sociétales (expertise, innovation, remédiation).

Ses activités de recherche sont structurées en 8 thèmes scientifiques :

JPEG - 1.3 Mo
  • Ecologie évolutive et adaptation
  • Individus, populations et habitats
  • Dynamique et fonctionnement des communautés
  • Micro-organismes et interactions avec les macro-organismes
  • Contaminants : devenir et réponses
  • Aquacultures durables
  • Systèmes littoraux d’usages multiples
  • Approche écosystémique des pêches

Navigation

MARBEC MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation, est une unité de recherche qui regroupe des personnels de 4 organismes : l’IRD, l’Ifremer, l’UM et le CNRS. Son objectif est l’étude de la biodiversité marine des écosystèmes lagunaires, côtiers et hauturiers à différents niveaux d’intégration, depuis les aspects moléculaires, individuels, populationnels et communautaires, et des usages de cette biodiversité par l’Homme. Nous rejoindre