8avril 2021

Nombre et devenir des DCPs dérivants dans l’océan Pacifique occidental et central

Par: Lieu:

Bannière des Jeudis
> JEUDI 8 AVRIL 2021, 10h00 \ 10h45 exceptionnellement, l’horaire de ce séminaire est avancée à 10h00

Nombre et devenir des DCPs dérivants dans l’océan Pacifique occidental et central

À l’heure actuelle, la pêche sur Dispositifs de Concentration de Poissons (DCPs) est responsable d’une grande partie des thons tropicaux capturés au niveau mondial. Dans l’océan Pacifique occidental et central, correspondant à la plus grande zone de pêche au monde, la pêche à la senne ciblant principalement le listao, est majoritaire ( 2 millions de tonnes par an). Les calées sur DCPs ont fortement augmenté dans les années 2000 à 2010, mais ce sont stabilisées ensuite à 40 % des calées totales, notamment grâce à l’introduction d’un moratoire interdisant toute activité sur DCPs pendant 3 à 4 mois par an. Bien que difficile à évaluer, nous avons récemment estimé (à partir de données observateurs, de livres de bords et d’une base de données de trajectoires de bouées satellites) que le nombre de DCPs déployés annuellement a été relativement stable au cours des 10 dernières années, autour de 20 000 à 40 000 (re)déploiements par an. Par ailleurs, bien qu’une mesure limitant le nombre de DCPs actifs à tout moment par bateau, a été fixé à 350 depuis 2018 par la commission thonière (WCPFC), nous avons également trouvé que celui-ci se trouvait entre 45 et 75 pour la majorité des bateaux. Une grande partie des DCPs est ensuite perdue ou abandonnée par les pêcheurs, notamment lorsque ceux-ci sortent des zones de pêches. En effet, il a été évalué, à partir de trajectoires de bouées satellites, que 44 % des DCPs étaient abandonnés, 9 % récupérés par un bateau, 7 % s’échouaient et 40 % avaient un devenir inconnu. Le nombre de DCPs échoués est sûrement sous-estimé, car les bouées satellites sont régulièrement désactivées en mer. Pour parer à cela, un nouveau programme de collecte de données vient de démarrer, afin de quantifier in situ le nombre d’échouages et leur impact environnemental, et devrait permettre d’apporter de nouvelles informations pour une gestion durable des DCPs dans le Pacifique.


Vidéo de la présentation :

prochainement
Jeudi 15 avril 2021 : David Nerini (MIO-EMBIO, Marseille), “La lagune de Berre”

UMR MARBEC (IRD, Ifremer,Université de Montpellier, CNRS) ✆ 04 99 57 32 27 - 04 99 57 32 90 - 04 67 14 36 72 \ www.umr-marbec.fr

Navigation

MARBEC MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation, est une unité de recherche qui regroupe des personnels de 4 organismes : l’IRD, l’Ifremer, l’UM et le CNRS. Son objectif est l’étude de la biodiversité marine des écosystèmes lagunaires, côtiers et hauturiers à différents niveaux d’intégration, depuis les aspects moléculaires, individuels, populationnels et communautaires, et des usages de cette biodiversité par l’Homme. Nous rejoindre