Abraços à Fernando de Noronha

Publié le : , par Bertrand Arnaud

ABRAÇOS sous la lune rousse, 29 septembre
Abraços, 18 septembre

Le 29 septembre, dès la sortie du port de Natal, l’océan a pris soin de tester nos estomacs.

JPEG - 183.1 ko
Pilote Sortie Natal


Après 24 heures de montagnes russes, les scientifiques s’amarinent petit à petit. L’Antea est arrivé à Fernando de Noronha en milieu de journée du 30/09 pour immédiatement calibrer le sondeur acoustique. Le principe est simple, il s’agit de positionner une bille de tungstène, dont la réponse acoustique théorique est connue sous la coque du navire. Pour cela trois perches équipées de moteurs dirigent la boule de calibration sous les faisceaux des quatre bases acoustiques (38, 70, 120 et 200 kHz) à l’aide de fils. La comparaison entre la réponse théorique et celle observée permet de calibrer les différentes fréquences.

JPEG - 118.2 ko
Calibration sondeur



Une partie de l’équipe à terre nous rejoint pour récupérer du matériel. À Fernando de Noronha, ils bénéficient de l’aide précieuse des pompiers qui les emmènent chaque jour dans les différents îlots, où ils équipent les oiseaux avec des capteurs GPS.

JPEG - 308.3 ko
Equipe Fernando



La calibration terminée, le navire a fait route sur la première station complète : CTD-Rosette, chalut pélagique, filets à zooplancton (bongo et WP2) et filets à phytoplancton. Déjà des premiers résultats intéressants : la structure verticale des masses d’eau est très stratifiée dans la zone, avec une thermocline (profondeur à laquelle la température diminue brusquement) très marquée entre 95 et 130 m. Nous voulons tester si la distribution des organismes permet d’estimer en continu la profondeur de cette structure physique (méthode mise au point au Pérou dans le cadre du LMI DISCOH). Cela semble être le cas. En effet, par acoustique, on observe une couche diffusante continue due à la présence d’une communauté mixte de plancton, céphalopodes et poissons dans la thermocline. C’est également dans la thermocline que l’on observe le maximum de production primaire, permettant le transfert énergétique le long de la chaine trophique.

A bientôt pour la suite...

Navigation

MARBEC MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation, est une unité de recherche qui regroupe des personnels de 4 organismes : l’IRD, l’Ifremer, l’UM et le CNRS. Son objectif est l’étude de la biodiversité marine des écosystèmes lagunaires, côtiers et hauturiers à différents niveaux d’intégration, depuis les aspects moléculaires, individuels, populationnels et communautaires, et des usages de cette biodiversité par l’Homme. Nous rejoindre