Abraços 2 : Zooplancton, un monde en technicolor

Publié le :

© Delphine Bonnet (UM/MARBEC), Claire Carré (IRD/MARBEC), Xiomara Diaz et Pedro Melo (UFPE)

L’échantillonnage du zooplancton sur la campagne Abraços 2 a pour principaux objectifs de décrire la diversité des communautés en présence, et de servir à la validation des signaux acoustiques acquis en continu. A chaque station, après une caractérisation des conditions hydrologiques de la colonne d’eau milieu (CTD et rosette) et des communautés de macro-organismes benthiques et pélagiques (Chaluts), 4 filets ‘bongos’ de 64, 120, 300 et 500 µm de vide de maille sont mis en pêche à une profondeur maximale de 200 m. Lorsque la colonne d’eau présente une thermocline bien marquée, un filet fermant WP2 est aussi ajouté pour permettre un prélèvement des communautés au-dessus et en dessous de cette thermocline.

JPEG - 181.4 ko
Mise à l’eau des filets Bongo


JPEG - 105.7 ko
Collecteurs avec les échantillons de zooplancton

La biomasse de la communauté planctonique est affectée par des facteurs biotiques et abiotiques qui régulent le métabolisme des organismes et par conséquent affectent les flux de carbone transférés via le zooplancton dans les océans.
Compte tenu du rôle essentiel que joue le zooplancton dans les réseaux trophiques, l’étude du métabolisme et de la production zooplanctonique est essentielle pour évaluer les flux d’énergie et de matière à travers les écosystèmes pélagiques, et pour développer des modèles couplant les variables physiques et biologiques ayant pour but d’évaluer les impacts de la dynamique zooplanctonique vers les niveaux trophiques supérieurs.

Les prélèvements réalisés à bord sont fixés pour des analyses ultérieures en laboratoire :

  • La biodiversité est déterminée à partir d’analyses de taxonomie et d’abondances à la loupe binoculaire, mais aussi grâce à du barcoding (analyses équipe Brésilienne),
  • Les rapports isotopiques, carbone et azote, réalisés sur les différents niveaux trophiques (matière organique particulaire, plancton, crustacés, poissons) permettront de caractériser les relations trophiques entre les communautés (analyses Brest)
  • Le métabolisme du zooplancton est déterminé via des mesures d’activités enzymatiques : mesure de l’activité de l’ETS- Electron Transport system et de l’AARS- aminoacyl-tRNA synthetase qui sont des proxys pour la respiration et la croissance respectivement (analyses Montpellier).


Ces analyses permettront de mieux comprendre la structuration des communautés zooplanctoniques en fonction de l’environnement biologique et physique et de déterminer les relations trophiques qui les régissent.

Dans ces eaux, le zooplancton est riche en larves de poissons, en organismes gélatineux (grande quantité de pyrosomes et de cténophores) mais aussi présente diverses espèces de copépodes, mollusques. Par ailleurs, une espèce phytoplanctonique, Trichodesmium sp. a été collecté en grande quantité dans les bongos de plus petits vides de mailles.

JPEG - 64.8 ko
Exemples d’organismes prélevés par les bongos durant la campagne (Echelle : 1 mm)

A lire aussi :

Navigation

MARBEC MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation, est une unité de recherche qui regroupe des personnels de 4 organismes : l’IRD, l’Ifremer, l’UM et le CNRS. Son objectif est l’étude de la biodiversité marine des écosystèmes lagunaires, côtiers et hauturiers à différents niveaux d’intégration, depuis les aspects moléculaires, individuels, populationnels et communautaires, et des usages de cette biodiversité par l’Homme. Nous rejoindre